Menu
fermer
Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors
post
page
FAQ

Actualités

retour

Exercice

RECRUDESCENCE DE LA COQUELUCHE : LA MEILLEURE PROTECTION, C’EST LA VACCINATION.

Depuis le début de l’année, près de 6 000 cas de coqueluche ont été signalés en France. Face à cette recrudescence, il est nécessaire de rappeler l’importance de la vaccination, notamment des femmes enceintes.

Près de 6 000 cas de coqueluche ont été observés sur les premiers mois de l’année en France. Après un premier appel à la vigilance lancé en avril, Santé publique France signale une situation épidémique sur tout le territoire avec une circulation très importante de la bactérie.

 

Cette infection respiratoire, très contagieuse, peut être grave voire mortelle notamment pour les nourrissons de moins de 3 mois. Au premier trimestre, la France comptait « une quinzaine de clusters », selon Santé publique France.

 

Sur le continent européen, la situation est similaire. Plus de 32 000 cas de coqueluche ont été globalement recensés dans 30 pays sur les trois premiers mois de 2024, plus que sur l’ensemble de l’année 2023.

 

 

La vaccination notamment des femmes enceintes, la meilleure protection des enfants de moins de 3 ans contre la coqueluche.

Santé publique France rappelle ainsi l’importance de la vaccination notamment des femmes enceintes pour éviter la transmission de la maladie aux nouveau-nés et jeunes nourrissons de moins de 3 mois, susceptibles de faire les formes les plus graves voire mortelles de coqueluche. Les nourrissons mais aussi les adolescents et adultes ayant perdu la protection due au vaccin sont les populations les plus touchées.

 

Le nombre de cas de coqueluche a très fortement diminué depuis l’introduction de la vaccination. Cependant la bactérie continue à circuler car les vaccins recommandés, bien que très efficaces, induisent une protection limitée dans le temps et nécessitent des rappels vaccinaux. Chez les professionnels de santé et de la petite enfance, les rappels à 25, 45 et 65 ans doivent donc désormais comporter la valence coquelucheuse (dTPca).

 

En savoir plus sur le calendrier vaccinal

 

 

La coqueluche n’est pas une maladie à déclaration obligatoire mais les cas sont à signaler par courriel à l’ARS Centre-Val de Loire dans les cas suivants :

  • Dans le cadre du signalement des infections nosocomiales,
  • Lors de la survenue de cas groupés (à partir de 2 cas) qu’ils soient intrafamiliaux ou en collectivités.

 

Pour les signaler : ars45-alerte@ars.sante.fr

 

Consulter le DGS Urgent n° 2024_08 sur la coqueluche

Consulter la FAQ d’INFOVAC sur la coqueluche