Rougeole : les médecins libéraux en 1ère ligne pour éviter la propagation

Depuis le 1er janvier 2019, 288 cas de rougeole ont été déclarés en France, dont 90 % sont survenus chez des personnes non ou mal vaccinées. En région Centre-Val de Loire, 29 cas confirmés ont été déclarés à l’ARS depuis janvier (75 % concernent l’Indre-et-Loire, 30 % ont présenté des complications et ont été hospitalisés, 80 % étaient non vaccinés et 14 % n’avaient reçu qu’une des deux doses recommandées).  Par ailleurs, plusieurs foyers épidémiques actifs, dont certains dans des zones touristiques, ont été rapportés avec un risque important de propagation sur le territoire national et à l’étranger. Il est donc important que les médecins libéraux puissent signaler les cas de rougeole, dès la suspicion du diagnostic, pour permettre un déclenchement rapide des investigations et la mise en œuvre de mesures prophylactiques pour les personnes contacts.

 

 

Le signalement peut s’effectuer par appel au numéro de téléphone unique de la plateforme régionale de veille et d’urgence sanitaire de votre ARS (02 38 77 32 10, accessible 24 heures sur 24) ou par e-mail (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) ou par fax (02 34 00 02 58). La nécessité de recommander l’éviction de la collectivité jusqu’à 5 jours après le début de l’éruption et de mettre en place des mesures barrières et d’hygiène adaptées face à tout cas de rougeole doit être rappelée à vos patients :

- Isoler dès la suspicion du diagnostic de rougeole posée et bien aérer les zones de présence du patient car la transmission aérienne du virus reste possible jusqu’à 2 heures après son départ dans un espace clos ;

- Se laver les mains et porter un masque chirurgical ;

- Enfin rappeler à l’entourage les règles d’hygiène (solution hydro-alcoolique pour la désinfection des mains).

Il convient, dans la mesure du possible, de limiter au maximum le nombre d’intervenants auprès du patient suspect (ces intervenants devant être, si possible, à jour de leur vaccination) et d’assurer la protection individuelle des professionnels par le port d’un masque chirurgical. Compte-tenu de la situation épidémiologique, la vérification du statut vaccinal et, au besoin, sa mise à jour est indispensable pour tous les professionnels et notamment pour ceux travaillant dans vos cabinets ou dans les services accueillant des patients à risque de rougeole grave.

Par ailleurs, voici la procédure pour obtenir une confirmation biologique de rougeole :

  • Il peut s’agir d’une PCR sur prélèvements salivaires (réalisable dès J0 de l’éruption) ou d’une sérologie (réalisée préférentiellement à J3 de l’éruption).
  • Sur demande, l’ARS tient à votre disposition des kits de prélèvement salivaire pour la réalisation d’une PCR, à envoyer pour analyse au CNR de Caen.
  • La PCR n’est à ce jour pas remboursée en ville.
  • Pour la sérologie, il est préférable, dans la mesure du possible, de la réaliser au domicile du patient afin d’éviter le risque de transmission en salle d’attente du laboratoire. A défaut, l’information du laboratoire avant la venue du patient et le port d’un masque pour le patient sont indispensables.

Dès le diagnostic de rougeole posé, il est nécessaire de vérifier que l’entourage du patient est bien protégé. En l’absence d’antécédent documenté de rougeole et de vaccination complète, proposer une prophylaxie post-exposition à tous les contacts non protégés par une dose de vaccin ROR ou des immunoglobulines. 

Pour en savoir plus :