URPS Biologistes : bilan positif de la campagne sur le dépistage précoce de l’insuffisance rénale

Depuis deux ans, les biologistes médicaux de la région se mobilisent aux côtés des autres professionnels de santé et des patients pour faire progresser le dépistage précoce de l'insuffisance rénale. Ce dépistage passe par : le dosage de la créatinine par méthode enzymatique IDMS (dilution isotopique en spectrométrie de masse), le calcul du DFG (débit de filtration glomérulaire) par l’équation CKD-EPI (Chronic Kidney Disease-Epidemiology Collaboration), la restitution de l’historique des DFG sous forme de graphe, le calcul du déclin du DFG en ml/mn/an et la réalisation du ratio albumine/créatinine dans les urines. À ce sujet, les médecins peuvent se mettre en rapport avec les biologistes de leur secteur pour leur demander de faire apparaître l'historique des DFG sous forme de graphe sur les comptes rendus d'examens, si cela n'a pas encore été fait.

Les informations ainsi recueillies facilitent le diagnostic d’une insuffisance rénale par les médecins chez les patients à risque. L’objectif de cette action préventive est de retarder l’entrée des patients atteints d’IR dans la suppléance en mettant en place plus rapidement une stratégie néphro-protectrice, d’améliorer ainsi leur qualité de vie et de majorer leur espérance de vie tout en réduisant le coût de la prise en charge du traitement.

Le bilan 2017 de cette campagne de communication intitulée « Maladie rénale : mieux dépister pour mieux soigner » s’avère très encourageant.

En effet :

  • Du côté des biologistes, 100 % des répondants affirment être passés au rendu du DFG par équation CKD-EPI et que 60 % ont mis en place l'historique graphique du DFG.
  • Les médecins, pour leur part, remarquent les évolutions de la biologie : DFG, historique graphique, alertes...
  • Chez les pharmaciens, 50 % affirment communiquer avec leurs patients sur les risques d’IR et 100 % affirment que leurs patients leur ont présenté leurs résultats biologiques.

Par ailleurs, 11 500 affiches ont été distribuées dans tous les cabinets, officines, laboratoires, via les réseaux sociaux, etc. L'URPS Biologistes a diversifié ses modes de communication pour toucher davantage de patients. Enfin, l’action de l’URPS a été relayée dans Le Concours Médical (janvier 2018), qui lui a consacré une page.

Pour 2018, l'URPS Biologistes ne compte pas s'arrêter là : l'amélioration du dépistage de l'insuffisance rénale suppose de construire une relation toujours plus étroite avec les patients et les professionnels de santé qui les prennent en charge.