Une enquête et des ateliers sur le burn out "made in" URPS-ML

Depuis sa création, l'URPS Médecins Libéraux du Centre se préoccupe de l'amélioration des conditions d'exercice, sous l'impulsion de la Commission ACE dédiée à cette thématique.

 

L’enquête « Amélioration des conditions d’exercice » :

priorité à la prévention de l’épuisement

La première mission de la Commission ACE a été de réaliser une enquête auprès des médecins généralistes et des autres spécialités pour connaître la ou les thématiques sur lesquelles ils souhaitaient que l’URPS-ML s’investisse en priorité.

Le premier volet de l’enquête envoyée fin 2012 aux 2086 généralistes de la région Centre et auquel près de 20% (411) ont répondu a très largement mis en évidence que la thématique « Prévention de l’épuisement professionnel » était considérée une priorité. Plus 35% des généralistes répondants privilégiaient ce sujet, devant « L’amélioration de l’organisation du cabinet médical » (choix n°1 de 15,9% des médecins interrogés). Par ailleurs, 72%  souhaitaient que l’URPS-ML propose des réunions confraternelles animées par des experts, afin de réfléchir à des actions concrètes pour améliorer l’exercice médical libéral au quotidien.

Thèmes à traiter de préférence pour les médecins généralistes répondants

Thèmes de préférence des médecins généralistes répondants  
Prévention de l'épuisement professionnel 35,5%
Améliorer l'organisation du cabinet médical 15,8%
S'adapter aux nouveaux modes d'exercice 12,2%
S'adapter aux nouveaux comportements des patients 8,8%
Prévention et gestion de l'erreur médical 8,0%
Intégrer les nouveaux outils informatiques 6,6%
Les relations avec les caisses primaires 5,4%
Faire le point sur sa propre protection sociale 4,4%

 

Le second volet de l’enquête, envoyé courant 2013 aux autres spécialistes, a donné lieu à 12% de réponses (203 médecins). En ressort la même conclusion que celle mise en avant par les médecins généralistes : la volonté de traiter en priorité la thématique de la prévention de l’épuisement professionnel (thème de préférence pour 29,2% des répondants).

Thèmes à traiter de préférence pour les médecins spécialistes répondants

Thèmes de préférence des autres médecins spécialistes répondants  
Prévention de l'épuisement professionnel 29,2%
Prévention et gestion de l'erreur médical 15,3%
Améliorer l'organisation du cabinet médical 13,4%
S'adapter aux nouveaux comportements des patients 11,4%
S'adapter aux nouveaux modes d'exercice 9,4%
Intégrer les nouveaux outils informatiques 5,4%
Les relations avec les caisses primaires 4,5%
Faire le point sur sa propre protection sociale 2,5%

 

Les ateliers de prévention de l’épuisement :

apprendre à dire non et penser à soi

Fort des résultats de l’enquête, l’URPS-ML a organisé dans chaque département de la région des réunions de prévention de l’épuisement professionnel. Animées par le Dr Isabelle Sauvegrain, médecin du travail, spécialiste des risques psycho-sociaux, ou par le Dr Pascal Rouby, psychiatre, ces ateliers avaient pour objectif de réfléchir à des solutions permettant de faire face aux exigences croissantes de la pratique médicale en libéral, tout en améliorant l’épanouissement personnel des médecins participants. Une exigence légitime de bonne santé du médecin dont dépend étroitement la qualité des soins et de prise en charge des malades!

A chaque début de réunion, les médecins participants (10 maximum par atelier) étaient invités à compléter l’échelle MBI (Maslach Burn Out Inventory). Cette échelle, composée de 22 questions, aborde trois dimensions, l’épuisement professionnel, la dépersonnalisation et l’accomplissement personnel. Elle permet de mesurer le syndrome d’épuisement professionnel du médecin.

Chaque réunion était ensuite organisée de la manière suivante :

  • Tour de table afin que chacun puisse exprimer ses attentes, puis rappel par l’expert de l'importance actuelle du sujet, devenu une priorité de santé publique.
  • Mise en évidence des mesures de prévention : agir le plus en amont possible  en repérant les signes d'alerte, avant les signes d'installation et enfin les signes de dépassement.
  • Exposé de solutions. Même s’il peut sembler difficile de changer, sachant que la plupart des médecins sont les propres responsables de leur surcharge de travail  en raison de leur perfectionnisme ou de leur dévouement excessif, il faut  « apprendre à dire non », se réapproprier le droit à des temps de repos, accepter de se donner moins d’exigences professionnelles…

A la suite de cette première réunion, une seconde était organisée deux à trois mois plus tard afin de faire le point avec les participants sur l’apport de la première rencontre sur leur exercice au quotidien. Elle fut également l’occasion d’approfondir certaines questions…

Au total, 52 médecins généralistes ont suivi ces ateliers qui leur ont permis de prendre pleinement conscience à la fois des risques d’épuisement professionnel liés à leur pratique et de la nécessité de ne pas négliger leur épanouissement personnel. Les ateliers destinés aux autres médecins spécialistes sont programmés à partir du 29 mars 2014.